La librairie Latitudes est la seule « librairie francophone de référence » de Hongrie

August 24, 2018

 

La librairie Latitudes est la seule « librairie francophone de référence » de Hongrie. Elle se situe à l’Institut Français de Budapest, au bord du Danube (1011, Fő utca 17.). Après cette brève description, j’aimerais partager avec vous mes meilleurs souvenirs liés à la librairie Latitudes,  qui m’a fait aimer la littérature française tout en présentant plus en détail cet endroit convivial qui me manquera le plus quand je serai en France.

 

 Ayant commencé à apprendre le français au début de mes études secondaires j’ai attendu avec impatience d’atteindre le niveau nécessaire pour pouvoir lire des bouquins écrits dans la belle langue de Molière. Le moment venu, pour m’en procurer, je suis allée dans toutes les grandes chaînes de librairies hongroises sans succès avant de tomber sur Latitudes où j’ai finalement trouvé mon paradis. La majorité de l’offre consiste en  des méthodes de français et des romans francophones, mais on y trouve également de la littérature espagnole et les plus grands titres hongrois traduits en français pour le  plus grand plaisir des touristes francophones.

 

Commençons par la littérature jeunesse en raison de son langage plus simple, j’ai découvert ensuite, grâce aux bons conseils des libraires, le rayon francophone avec mes auteurs désormais préférés comme Jean-Claude Mourlevat, Agnès Martin Lugand, Joël Dicker, Tonino Benaquista, Delphine de Vigan ou Guillaume Musso, mais également le rayon des polars avec Fred Vargas, Franck Thilliez, Bernard Minier, Pierre Lemaitre ou Sandrine Collette.  J’espère dans le futur pouvoir découvrir d’autres genres littéraires aussi. Que vous cherchiez des titres de ces auteurs ou non, vous pouvez les acheter à coup sûr car Latitudes peut vous commander les livres qui ne figurent pas dans le catalogue disponible sur son site.

 

Par l’atmosphère amicale et la gentillesse des libraires j’ai tout de suite eu un coup de foudre pour cet endroit magique où j’ai la chance de travailler actuellement comme stagiaire. Pour moi, dans les librairies, le temps ne passe pas et lors des achats, mes amis m’y laissent souvent seule, par impatience. Du coup, y passer mes journées est un bonheur indescriptible pour moi.

 

Latitudes accueille de nombreuses rencontres littéraires appelées des soirées « Un livre Un vin » qui commencent par une dégustation de vin suivie de la présentation et de la dédicace d’un écrivain invité. Parmi ces rencontres chaleureuses, plusieurs m’ont beaucoup marqué et m’ont doté au fur et à mesure d’une vraie passion pour la lecture. En effet, je trouve que rencontrer un écrivain peut approfondir encore plus notre expérience de la lecture, étant donné qu’on en apprend davantage sur la personnalité, les pensées de l’auteur ainsi que sur les circonstances de l’écriture du bouquin.

 

 En premier lieu, c’est Jean-Claude Mourlevat, auteur de nombreux livres de jeunesse et contemporains, dont j’ai écouté la présentation en restant bouche bée. Ses romans (« Mes amis devenus », « Et je danse aussi »), mais aussi ses paroles m’ont beaucoup appris sur l’amitié et l’amour. Il a lu des extraits de ses œuvres avec autant d’ardeur et d’authenticité que je pourrais l’écouter pendant toute ma vie. Avec ses romans la citation de Proust a enfin eu une signification pour moi : « On aime toujours un peu à sortir de soi, à voyager, quand on lit. » 

 

 En second lieu, j’ai énormément apprécié la Nuit des Librairies Indépendantes à laquelle participe Latitudes chaque année. Cet événement regroupe les librairies indépendantes qui n’ont pas la possibilité de se représenter au Festival de Livre de Budapest. Pour cette occasion elles restent ouvertes jusqu’à minuit et offrent divers programmes culturels. Lors de cette soirée j’ai eu l’honneur de rencontrer Mathias Enard qui a obtenu le prix Goncourt en 2015 pour son roman « Boussole » qui a parlé avec passion de son livre et de son intérêt pour l’Orient. De plus, chaque visiteur ayant acheté un livre a reçu une rose suivant la tradition catalane en ce jour de la fête de Saint Georges. Selon la légende, Saint Georges ayant vaincu le dragon qui terrorisait la ville de Silène a offert le sang de l’horrible créature à la princesse qu’il a sauvée. Depuis, la tradition veut que les hommes offrent des roses aux femmes, qui leur remettent en retour un livre. Je trouve dommage que ce ne soit l’inverse…

 

 Finalement, la rencontre avec Bernard Cerquiglini fut également très précieuse pour moi. Ayant connu ce linguiste renommé pour ses émissions « Merci professeur ! », j’avais hâte de l’écouter raconter les mystères de la langue française. Il a répondu aux questions que tous les intéressés avaient à lui poser. Il a parlé avec humour des difficultés linguistiques que peuvent rencontrer tous ceux qui parlent français.

 

 

Après mon petit concert de louanges, je vous invite donc à visiter la librairie Latitudes si vous vous trouvez à Budapest afin de découvrir ce petit magasin idéal pour tous les francophones et francophiles qui veulent se plonger dans la lecture en français, que ce soient des auteurs hongrois, français ou étrangers.
 

page internet de la librairie

page Facebook