Le double visage du grand boulevard de Budapest

February 19, 2018

    Architecture riche, kebabs à bas prix, lignes de tramway parmi les plus fréquentées du monde – entre la place Boráros et la place Jászai Mari, on connaît beaucoup de visages du Grand Boulevard de Budapest, ou plus simplement « Nagykörút ». Artère la plus importante de la ville, les Budapestois ne peuvent pas éviter de fréquenter le boulevard de temps en temps – même si son bruit ou ses commerces ne le rendent pas sûrement pas l’endroit le plus agréable de la capitale.

 

   Après celle de l’avenue Andrássy, la construction du Grand Boulevard était le projet urbain le plus important à Budapest pendant le XXe siècle. Débutant et aboutissant au Danube, le boulevard de quatre kilomètres de long traverse six arrondissements aujourd’hui.

Le Grand Boulevard de Budapest n’incite pas toujours beaucoup les piétons à faire du lèche-vitrines

 

   C’était en 1871 que le gouvernement hongrois a fait passer la loi sur sa construction. Les plans originaux étaient particulièrement audacieux et visaient l’introduction du Danube tout le long du Nagykörút. Pour des raisons financières, ceci ne s’est pas concrétisé, mais personne ne s’est plaint concernant la manque du fleuve quand le joli boulevard a été inauguré en 1896.

 

   En s’y promenant, on peut toujours observer les endroits et monuments marquants de la capitale : on y trouve le célèbre bâtiment du Musée hongrois des arts décoratifs, le quartier Corvin, les Grandes halles de la place Rákóczi, la place Blaha Lujza, Oktogon, la Gare de l’Ouest ou le Théâtre de la Gaieté. Néanmoins, l’état du boulevard n’est pas tout à fait digne de son patrimoine.

Le Théâtre de la Gaieté près de la place Jászai Mari

 

   Selon une étude (n=183) que mon équipe et moi avons effectuée pour un concours de la Société Hongroise d’Urbanisme, 73% des Budapestois fréquentent le boulevard plusieurs fois pendant une semaine (dont 43% qui s’y présentent tous les jours) – mais ils ne sont pas entièrement satisfaits. Tandis que la majorité des sondés a trouvé la section entre la place Jászai Mari et la gare de l’ouest « agréable, belle, esthétique et intellectuelle », ils étaient négatifs sur la reste du boulevard. Concernant la section qui s’étale entre la gare de l’ouest et la place Blaha Lujza, les associations principales étaient « bruyante et surchargée », pendant que de la place Blaha Lujza jusqu’á la place Boráros, on considère le boulevard tout simplement « sale et déprimant ».

 

   Les sondés ont montré que le niveau bas des commerces, le bruit et la saleté sont les

facteurs qui contribuent le plus á l’impopularité du boulevard.

 

   Concernant le commerce, on peut parler de la pire situation entre la place Boráros et la place Blaha Lujza : on y trouve d’abord beaucoup de locaux commerciaux vacants, et s’il y a un locataire, il y a une forte chance de tomber sur les sex-shops ou les magasins des accessoires de téléphone de qualité médiocre. Ensuite, en atteignant la place Blaha Lujza,on arrive à la frontière du « quartier des fêtes » : un lieu notoire pour les bières bon marché et les gens ivres qui, selon les riverains, rendent la vie presque insupportable ici. Même si cette section se focalise sur la restauration, les sondés se plaignent du manque de restaurants et de cafés de bonne qualité ; mais il faut mentionner comme exception le café New York, qui y fonctionne depuis 1894 et qui a gagné le prix du « plus beau café du monde » (U City Guides) deux fois, en 2011 et en 2013.

La place Boráros près du pont Petőfi

 

   Pour améliorer la situation, on aurait besoin de l’action cordonnée des gouvernements des arrondissements qui sont touchés par le boulevard. Mais aujourd’hui, ils ne sont même pas capables de sanctionner les locaux violant les lois avec les publicités agressives et les enseignes au néon qui nuisent trop à l’image de la rue. La réduction du bruit est un sujet qui fait débat, comme elle nécessitait la réduction de la circulation, la fonction la plus importante du Grand Boulevard aujourd’hui – bien sûr, un système d'information sur le stationnement serait aussi utile.

 

La place Nyugati est le meilleur témoin de la fonction principale du boulevard : le transport. Ici, on peut prendre le train, le tram, le métro, le bus et bien sûr les taxis.

 

  Dans cet article, j’ai abordé quelques problèmes qui caractérisent le Nagykörút, mais il est important de garder à l’esprit sa beauté et son patrimoine du tournant du siècle : c’est parfois difficile de l’admirer avec l’odeur de kebab et le bruit de la circulation autour, mais ça vaut la peine de faire attention à ses trésors. Sous les publicités médiocres et les néons, on trouve des façades de grande valeur : c’est une bonne idée d’y lancer un coup d’œil en espérant que ces bâtiments vont retrouver leur splendeur ancienne et leur environnement digne.

Tags: